Jacques VERNIn

se dit alors que les seuls extraits stables dans le temps et d’une qualité constante étaient les vins. Pourquoi :

  1. parce qu’il s’agit d’une race chimique de plante (carbernet, sauvignon, merlot…)
  2. d’un terroir (Languedoc, Médoc, Chablis, Rhône…)
  3. d’un mode de culture et d’un mode de récolte
  4. d’une manière de vinifier et de transformer le raisin en vin.

Ainsi, chaque vin est unique, ne ressemble à aucun autre mais est parfaitement reconnaîssable grâce à ses caractériqtiques.

Le challenge fut alors

  1. Sélectionner une race chimique de plante
  2. Déterminer un terroir (celui sur lequel, la plante est cultivale de manière optimale)
  3. Réaliser une extraction
  4. Lister et doser les principes actifs
  5. Obtenir une qualité parfaitement reproductible et caractérisable.
extrait-vegetaux
phytescent_gelules

De même

pour convaincre les acteurs de l’industrie cosmétique, il fallut :

  1. obtenir des extraits stables en terme de qualité, couleur, odeur, quantité de principes actifs
  2. que ces extraits soient d’une parfaite innocuité
  3. que l’efficacité, due à leur ajout dans une formule cosmétique, soit prouvée
  4. que ces extraits soient conformes à toutes les législations en vigueur de par de monde.

 

Le contrat fut remporté haut la main et les Phytélènes ont vu le jour en 1966 et ont permis l’incorporation des extraits végétaux aux cosmétiques.

Dès lors, toutes les grandes marques internationales de cosmétiques ont utilisé et utilisent cette technologie qui a révolutionné le monde de la cosmétique.

Depuis :

L’institut Jacques VERNIN met au point de nouvelles méthodes d’extraction, des brevets et des formulations inédites au service des Laboratoires DERPHA